Jeudi 13 février à Briacé, 2ème réunion d’information sur le risque CO2 en cave viticole

Cette réunion a été initiée par Christophe VILAIN (Membre du Conseil d’Administration de Briacé & de Groupama). Il a ainsi fédéré les différents acteurs du monde viticole de la région (la MSA, la Fédération des vins de Nantes, Briacé, le SDIS 44, Groupama et le Syndicat des Vignerons Indépendants) sur le risque CO2 en cave viticole.

Le CO2 est un gaz incolore, inodore, plus lourd que l’azote et l’oxygène. Il se fixe sur l’hémoglobine et acidifie le sang. Il est donc indétectable sans appareil spécifique, il s’accumule dans les cuves et les points bas des caves. Ce gaz est généré par la fermentation des levures et des bactéries qui fermentent le moût pour produire de l’alcool.
Attention, en fonction de la concentration en CO2 dans la cuve, on peut ressentir des symptômes avant de faire un malaise, mais à haute concentration (>10%) un être humain perd brutalement connaissance sans manifester de symptômes.

Le but de ces réunions de prévention aux risques CO2 est dans un premier temps de rappeler la dangerosité du dioxyde de carbone vis à vis de l’être humain. En effet, le vignoble nantais a malheureusement connu en 2 ans, 2 événements tragiques. Mickaël ARNOUX, formateur à Briacé a alors effectué un test en cuve cristal pour démontrer l’inefficacité du fameux “test de la bougie” et à contrario de l’utilité du détecteur de CO2.

Un protocole de sécurité a également été annoncé pour assainir l’atmosphère des cuves et le confirmer en utilisant un détecteur de CO2. Les partenaires se sont d’ailleurs mis d’accord pour proposer des achats groupés pour les vignerons et la prise en charge du calibrage qui doit être effectué régulièrement.

Enfin, l’intervention du SDIS44 visait à expliquer les mesures à prendre en cas d’intoxication. Ils ont notamment insisté sur le fait de ne pas descendre dans la cuve pour essayer de porter secours, s’il on ne veut pas se retrouver dans le même état que la personne à secourir.

Pour découvrir la vidéo en lien avec le risque d’intoxication au CO2, cliquez ici (vidéo réalisée par les élèves de BTS VO 1ère année en 2018-2019)

Pour découvrir l’article Ouest France, cliquez ici.

haut